Les ées des ois
Taille : plus petite qu'une humaine moyenne.

Une très belle humaine à la peau ombragée de marron et de vert, se mêlant étrangement aux couleurs de la nature et cela évolue doucement en même temps que les saisons.

Elles se nourrissent exclusivement de la rosée du matin...

Comme la plupart des fées, elles ne portent rien sinon leurs longs cheveux mêlés de feuilles.

Les Fées des bois

A peine les discerne-t-on dans les branchages. Quelques craquements diffus au milieu des bruissements crépusculaires trahissent leur étrange présence.

Non loin du chêne où elle se tient, un ruisselet balbutie mollement dans l'épaisseur moussue. Comme l'animal aux aguets, elle épie, elle est là. Au moindre bruit humain, elle s'évanouira.

On peut voir autour de la source, les empreintes qu'elle a laissées. Là où passent les fées, l'herbe est plus drue, plus verte et plus fleurie.

Elle n'a plus beaucoup d'amis mais est prodigue de ses charmes, pour ceux qu'elle a gardés. Elle connaît l'avenir, sait l'art de guérir...

Elle se plait à offrire des morceaux de charbon de bois qui se transforment en or. L'herbe "al lotan", l'herbe de l'oubli, croit dans les alentours. Cette plante phosphorescente la protège des intrus.

Quiconque la foule "méconnaît les sentiers" et se perd jusqu'aux aurores dans un cercle infranchissable.

Tu reviens au Coin des petits !

Retour au "Coin des petits"